À propos Nous joindre Se connecter
(514) 735-2727 01 77 62 37 96
Prêt à recevoir notre newsletter « La Capsule du Mardi » ? Abonnez-vous

10 façons de convaincre & d’inspirer

Partager : Facebook Twitter LinkedIn Email

Au travail, avec des amis ou dans une relation amoureuse, le besoin de convaincre, de persuader est permanent : Une envie de sortie ? Il vous faut convaincre. Une suggestion pour réorganiser la réunion hebdomadaire ? Convaincre. Une idée de week-end en amoureux non partagée ? Convaincre encore et toujours. Comment être efficace ? Pas besoin d’être un acteur de génie ou un pervers manipulateur. Loin de là.

Voici quelques outils afin de mieux convaincre et persuader vos interlocuteurs de tous poils.

 

1- Se mettre en situation d’égal

Comme on recommande souvent de le faire lorsqu’on s’adresse à un enfant, une première astuce est la mise à niveau. Si quelqu’un vous demande de faire quelque chose, que vous êtes assis et l’autre est debout, vous sentirez une certaine pression, un poil d’autoritarisme peut-être, là où l’autre n’en utilisait pas forcément.

Si vous voulez convaincre quelqu’un, mettez-vous à son niveau, créez une relation de confiance, un espace partagé.

 

2- Miser sur le regard

À notre époque, l’échange d’informations est constant et rapide. On parle bien souvent à ses collègues sans même les regarder. Revenez au B.A BA d’une bonne conversation. Regardez votre interlocuteur/trice dans les yeux lorsque vous lui proposez quelque chose. Pas de manière obsessive bien évidemment, mais de manière suffisamment appuyée pour lui donner un sentiment d’inclusion, de faire partie de quelque chose d’important.

 

3- Revendiquer le libre arbitre

Qui a envie de dire « oui » sans sentir qu’il a le choix ? Personne.

Lorsque vous vous adressez à qui vous souhaitez convaincre, ménagez la personne, offrez-lui un choix réel.

Pour cela, vous pouvez inclure des phrases telles que « je ne t’ordonne rien hein, tu as le choix et je le respecterai, je te demande juste de m’écouter et de choisir en ayant toutes les informations en main » ou  « C’est une option que je pense vraiment valide, sinon, je ne te la proposerais pas, mais tu as tout à fait le droit de ne pas être d’accord, écoute ce que j’ai à dire et j’attends ensuite ton retour ».

 4- Raconter une histoire ou l’importance du « storytelling »

Les experts en marketing l’ont bien compris : une bonne histoire vaut tous les conseils pour persuader quelqu’un. Vous rappelez-vous la pub de Nutella des années 2000 ? Beaucoup de scènes de vie d’enfants, d’adolescents qui donnaient envie d’être avec eux, de faire ce qu’ils faisaient, de faire partie de l’histoire que la marque nous racontait. Ils avaient tout compris. Si vous racontez l’histoire du pourquoi et comment de votre demande, vous avez plus de chance d’accrocher l’attention de l’autre et d’obtenir une réponse affirmative. Envie d’aller au petit resto X à l’autre bout de la ville mais votre moitié traîne la patte ? Recherchez quelques anecdotes qui rendront la demande beaucoup plus intéressante : le chef a tel historique, le lieu était un ancien hôpital/grange etc., le plat étoilé du restaurant compte des ingrédients atypiques etc.

Attention, il ne s’agit pas de mentir. Il s’agit juste de montrer la réalité comme on la voit ou comme on souhaiterait que l’autre la perçoive : plus belle, plus attrayante.

 

5- Le mot magique : Parce que

Il s’agit là d’un conseil qui pourrait vous paraître bien évident, mais face aux processus de prises de décision, à la hiérarchie et aux rythmes qui les accompagnent, on l’oublie un peu trop. Quoi ? Le « parce que ».

La raison de la demande est cruciale. Expliquez le « pourquoi » de votre demande en utilisant clairement le « parce que ». Les enfants en font la demande automatiquement à toute demande d’un adulte. Retrouvez votre spontanéité d’enfant et expliquez-lui. Une demande sans « parce que » clair semblera infondée et facilement rejetable.

 

6- Un exemple adapté pour un oui à la clé

Il faut s’adapter à son interlocuteur. Utilisez des exemples qui lui plaisent, qui attirent son attention, en lien avec la demande. Vous souhaitez que Jeanne votre collaboratrice, fan de cuisine, se charge un peu plus de la comptabilité. Comment lui présenter les choses ? Voici un exemple : « Dans une cuisine, il y a les marmitons, les chefs de parties, le chef, chacun selon leurs aptitudes et ressources, la compta est comme le poisson. J’aime bien le poisson, mais à trop en faire, je m’en fatigue et je le cuisine mal. J’ai besoin d’aller voir du côté de la viande ou des légumes. Toi tu aimes le poisson, tu as de la curiosité pour lui, mais tu ne t’y frottes pas, voilà l’occasion d’équilibrer la cuisine, ça te dirait de cuisiner un peu plus de poisson ? ». Moins direct, plus imaginé et plus sympa aussi peut-être pour Jeanne, la demande, ajustée d’un « parce que » clair ainsi que des trois premiers points devrait aboutir.

7- Citez vos sources !

Certaines personnes ont besoin de sources très précises afin de se laisser convaincre. Ne traitez pas une demande importante à la légère si vous savez que votre interlocuteur pourrait la rejeter d’un revers de main en pointant vos sources faibles. Vous souhaitez acheter le canapé de marque X et votre conjoint veut le Y ? N’avancez pas sans fondements, cherchez tous les points favorables du canapé X en allant plus loin que le prix et la qualité globale du produit.

Cela peut être les qualités du modèle énoncées mais aussi et surtout les bénéfices qu’il apporterait à votre foyer. Bref, une source fiable, qui en jette.

 

8- Temporiser les réticences

Vous vous heurterez toujours à ces « oui mais » si agaçants. Temporisez-les. Ne répondez pas à un « non », par un « non mais tu ne comprends pas », faites-le plutôt par un « ok, c’est ton opinion, et si je te disais que… », « mais tu savais que … ». Soyez toujours positif face au rejet et réitérez de manière positive votre requête.

 

9- L’approche des « petits pas »

N’essayez pas d’obtenir un « oui » direct à votre demande dans son ensemble. Appliquez la technique des petits pas et faites approuver vos dires petits à petits. Si la réponse finale est toujours « non », vous pourrez objecter : et avec quelle partie n’es-tu pas d’accord si tu as dit oui à chacune ? La coiffeuse vous applique la même méthode à chaque passage pour une coupe et vous vous sentez gêné(e) après autant de « oui c’est bien comme ça » de râler lorsque le résultat final ne vous plaît pas.

10- La démonstration par l’exemple et l’approbation sociale

Finalement, vous êtes LA raison pour laquelle la personne va accepter ou non ce que vous lui proposez. Soyez à la hauteur de ce qu’on attend de vous.

Montrez du respect, de la confiance, et de l’ouverture d’esprit lorsqu’on accède à vos requêtes et lorsque vous êtes vous-même sollicité.


< Retour au blog Voir la boutique