À propos Nous joindre Se connecter
(514) 735-2727 01 77 62 37 96
Week-End Spark: Offre spéciale pour les "étudiants". Attention, plus que pour en profiter - Cliquez ici pour en savoir plus.
Prêt à recevoir notre newsletter « La Capsule du Mardi » ? Abonnez-vous

Comment maîtriser sa tendance à trop dépenser

Partager : Facebook Twitter LinkedIn Email

Que ce soit pour faire des cadeaux, acheter les dernières tendances en matière vestimentaire, ou simplement par besoin compulsif, beaucoup de personnes dépensent énormément.

Nous sommes dans une société de consommation, et tout est fait pour inciter aux dépenses… 

De fait, comment résister à la tentation ?

Comment maîtriser sa tendance à trop dépenser ?

Découvrez notre analyse dans cet article, et devenez une nouvelle personne en 2019, plus responsable, plus économe ! 

1. Comment savoir si je dépense trop ? 

Le paradoxe avec les dépenses, c’est que ce sont les plus dépensiers d’entre nous ne sont pas toujours conscients de leur impulsivité dans les achats.

’argent leur file entre les doigts, et en seulement quelques jours, il disparaît de leur compte sans que l’on sache vraiment comment. 

Ce type de comportement est particulièrement toxique, non seulement pour la personne concernée, mais aussi pour son entourage.

En effet, un comportement dépensier, qui plus est involontaire, est source de dépendance et d’un manque de fiabilité. 

Cependant, rassurez-vous : il existe des paliers de dépenses, et tout le monde n’est pas un dépensier toxique.

Certaines personnes ont une capacité de dépenses modérée, d’autres élevée, d’autres irrationnelle.

Voici quelques exemples concrets :

– Un dépensier modéré va réfléchir à deux fois avant de concrétiser son achat dont il peut avoir besoin;

– Un dépensier élevé va acheter le même objet (dont il n’a pas besoin) en deux ou trois exemplaires, « au cas où »;

– Un dépensier irrationnel, et toxique, va souscrire un prêt à la consommation pour faire un achat dont il n’a pas besoin.

Vous saisissez la différence ? 

Tout n’est qu’une question d’attitude et de rapport à l’argent.

Pour savoir si vous êtes dépensier, regardez votre compte en banque :

– Y’a-t-il plus d’opérations en rouge ou en vert ?

– Combien de fois êtes-vous à découvert par mois ?

– Avez-vous des crédits en cours ?

– Quel est le rapport/ratio entre vos dépenses et vos rentrées d’argent ?

Après cette première étape d’identification, faites le point sur les facteurs qui vous poussent à faire des achats. 

2. Les facteurs qui jouent dans l’envie de dépense

Une attitude dépensière n’est pas toujours permanente, elle peut être conjoncturelle : fatigue, stress, dépression…

La consommation (et les achats compulsifs) est pour certaines personnes un moyen de sortir la tête de l’eau, de s’évader.

On parle alors d’attitude dépensière temporaire.

Dans ce cas, pas d’inquiétude à avoir : vous retrouverez de bonnes habitudes sous peu. 

En revanche, si vous avez un profil à risque, ou êtes conscient d’être particulièrement dépensier, il est important d’apprendre à maîtriser votre tendance à dépenser.

Pourquoi ?

D’abord, pour votre propre fierté, pour celle de dire : « je suis maître de moi-même, je suis une personne adulte et mature ».

Pour votre avenir, ensuite : cela détermine votre capacité à faire des investissements (boursiers, immobiliers, de plaisir). 

Au final, la question qui prédomine en matière de maîtrise des dépenses, c’est : qu’est-ce que cet achat m’apporte aujourd’hui ? Que m’apportera-t-il demain ?

Des achats durables ou sur l’avenir ont généralement plus de valeur que d’autres. 

Par exemple, si vous êtes étudiant, investir dès le début dans un ordinateur de qualité est facteur de réussite de vos études, grâce au confort qui en découlera.

Il faut analyser vos dépenses en termes de rentabilité

Voici quelques astuces pour y parvenir rapidement et changer vos (mauvaises) habitudes ! 

3. Quelques astuces pour maîtriser votre tendance à trop dépenser 

Maîtriser ses dépenses, cela nécessite un gros effort sur soi, et un changement d’habitude.

Par exemple, il peut s’agir de substituer le café-crème que vous achetez tous les matins sur la route du travail par un seul café par semaine, soit une économie moyenne de… 22 dollars par semaine (eh oui, un café à 5,50 dollars, sur 4 jours, ça donne ça). 

D’autres astuces de rationalisation peuvent vous aider à maîtriser votre tendance à trop dépenser, comme le fait de payer en espèces.

On est toujours plus tenté de dépenser quand l’argent est dématérialisé, c’est-à-dire non palpable !

C’est la même chose dans les casinos : tant que l’on ne voit pas, on continue, on continue… 

En ayant vos dollars en main, vous finirez par ne plus trop dépenser quand vous verrez votre portefeuille s’amoindrir…D

’ailleurs, en parlant de portefeuille : laissez-le chez vous, de temps en temps !

Il est possible de sortir et de s’amuser sans dépenser. Le prendre avec vous est une incitation à la dépense : un encas avant le cinéma, un gadget pendant vos courses, voilà des dépenses évitées !

Enfin, essayez de rationaliser le plus possible vos dépenses, en les imaginant sur le long terme (et non sur le mode du « coup de cœur », un mauvais plan pour les dépensiers).

Évitez aussi tous les achats qui n’ont pas d’utilité immédiate, encore plus si vous ne disposez pas des fonds pour les payer. 

4. Établissez un budget… Et respectez-le ! 

Pour réussir à maîtriser vos dépenses le plus possible, vous pouvez utiliser des applications sur votre smartphone, qui peuvent :

– Vous alerter sur vos dépenses actuelles et en cours;

– Vous montrer une simulation des prochaines semaines de dépenses;

– Vous indiquer si votre dépense est possible ou non;

– Vous dire en temps réel ce dont vous disposez.

Outre les applications, bien utiles pour maîtriser un achat compulsif, il faut travailler votre esprit à penser comme un comptable.

Pour cela, établir un budget est l’outil le plus efficace !

Chaque semaine, chaque mois, identifiez vos dépenses obligatoires et variables, et n’achetez le surplus qu’avec votre marge variable identifiée. 

Ne laissez plus la place à l’émotion ni à l’imprévu ! 

Maîtriser sa tendance à dépenser est avant tout une question de volonté, et donc de mental : si votre banque ou votre entourage peut vous aider en vous alertant sur votre comportement, vous seul êtes capable de le changer. 

Prêt à débuter 2019 sur de bonnes bases ?

 

Notre bonheur et notre degré de réussite dans notre carrière et dans nos relations dépendent à 80% de la qualité de notre psychologie.

Santé, relations, argent : tout cela dépend en grande partie de pensées constructives ou destructives.

Ainsi, chaque jour, nous vivons dans notre mental de vrais antagonismes qui peuvent créer le plaisir ou la souffrance.

La bonne nouvelle est que nous avons un contrôle sur tous ces domaines.

Nous pouvons choisir de changer et de reprendre le contrôle.

 

Redécouvrez la téléconférence exceptionnelle et gratuite de Franck Nicolas intitulée “7 petits changements qui vont faire une grande différence dans votre vie et vos affaires”.

 

Franck Nicolas vous dévoile quelques éléments de réponse et des approches pour effectuer de premières modifications.

De petits changements que vous pouvez offrir à votre cerveau pour avoir plus d’impact pour vous, vos proches, vos clients.

 


< Retour au blog Voir la boutique