Découvrez comment avoir une confiance en vous illimitée en vous débarrassant de 6 croyances toxiques qui limitent votre potentiel

Comment prendre une décision de façon effective ?


Petits on nous dit souvent : « choisir c’est renoncer ». Et prendre une décision, c’est justement ça, choisir entre les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

Pourquoi est-ce si difficile ?

 

Pour la raison même que cela implique de renoncer à certaines de ces options.

Prendre une décision, c’est prendre une orientation et dire non, pour un moment ou bien pour toujours, à d’autres. L’être humain a peur de l’absolu et fermer la porte à une possibilité est, pour de nombreuses personnes, un absolu.

Ce problème de prise de décision affecte pourtant votre vie personnelle bien sûr, mais également professionnelle et c’est souvent pour cela que les réunions durent bien trop longtemps au sein des entreprises. Nous l’avons vu lors de plusieurs de nos séminaires, c’est un thème qui vous préoccupe.

 

Si, comme nombre de nos séminaristes, c’est votre cas, ou bien que vous vous reconnaissez dans cette faiblesse face à la prise de décision, prenez en compte ces précieux conseils que nous vous donnons dans cet article.

 

1. Faites le vide dans votre tête, relaxez-vous.

 

Pour être à même de bien décider, vous devez être en pleine possession de tous vos moyens.

Or, avec le stress du quotidien, ce n’est pas toujours facile. Avant de vous hâter à décider de quelque chose, réalisez cet exercice de respiration ventrale pour calmer votre tête bouillonnante et vos nerfs.

Asseyez-vous confortablement, sur une chaise ou sur le sol, le dos droit. Posez vos mains sur vos cuisses ou laissez-les détendues le long du corps. Vous pouvez même vous coucher sur le dos si vous en ressentez le besoin.

Videz l’air de vos poumons, expirez le plus que vous pouvez puis inspirez en faisant attention à ce que votre ventre se gonfle légèrement. Ne forcez pas le trait. Vous pouvez amener vos mains sur votre ventre et poitrine afin de mieux sentir les mouvements d’inspiration et d’expiration.

Sur l’inspiration, votre ventre et votre poitrine se gonflent, à l’expiration le ventre se contracte puis la poitrine s’abaisse. Comme un mouvement de vague. Répétez les respirations 3, 6, 9, 12 fois selon le besoin que vous en avez et le temps que vous pouvez y consacrer.

Vous verrez, vous serez très rapidement plus calme.

2. Connaissez vos options.

 

Décision - Glob Franck Nicolas

 

On pense souvent connaître ce qui s’offre à nous, mais ce n’est pas toujours vrai. Prenez le temps d’observer vos options par écrit et de les comparer. Comment procéder ?

Prenez une feuille vierge. Séparez-la en autant de colonnes que les options qui s’offrent à vous. Sous-divisez ensuite ces colonnes en deux, en laissant bien évidemment un espace en haut. Dans cet espace vous allez nommer vos options. Ensuite, désignez une des colonnes suivantes comme positive (+) et l’autre comme négative (— ).

Prenez le temps de lister pour chaque option les points négatifs et positifs qu’elle offre.

Vous pouvez rajouter une colonne pour d’autres détails significatifs qui ne rentreraient pas dans celles préétablies.

 

La vision de toutes vos options et de leurs avantages et inconvénients, ensemble, sur un même tableau devrait déjà vous orienter sur le choix à faire, mais il y a d’autres choses à prendre en compte…

 

3. Fiez-vous à votre instinct.

 

Eh oui, en voyant ces colonnes, écoutez la petite voix qui vous dit : « non, non, pas par-là ». Elle a ses raisons et c’est rarement pour rien.

Si vous cherchez à remplir une colonne de toutes vos forces, c’est probablement qu’il y a un désir profond derrière. Cela peut être de considérer cette option comme désirable en souhaitant remplir la colonne positive à tout prix ou bien en souhaitant saboter une autre et en cherchant à l’accabler de défauts.

Ces réactions et tendances en disent long sur vos désirs. Tout n’est pas conscient. Écoutez-vous et fiez-vous à votre instinct.

 

4. Ne laissez pas vos peurs et échecs tracer votre futur.

 

Attention cependant ! Une autre voix pourrait bien se faire entendre, celle de la peur.

Elle sait ce qui a fonctionné ou non pour vous, elle se rappelle d’échecs passés et elle ne veut pas les revivre. Cette voix, traumatisée, risque bien de vouloir saboter tout ce qui pourrait présenter un danger ou un risque de déséquilibre de votre situation actuelle.

Mesurez bien ce qu’elle dit. Elle n’a peut-être pas toujours tort, mais on n’a rien sans rien… Y a-t-il réellement un risque là où elle vous le susurre ? Quel pourrait être le pire scénario ? Et le meilleur ? Est-ce toujours vraiment risqué selon vous ou vous montez-vous juste la tête ?

Les « et si » vous viendront bien évidemment à l’esprit, surtout si votre décision est importante. Imaginez-vous ces « et si » et allez jusqu’aux conséquences.

 

5. Considérez les conséquences.

 

Évoquez les scénarios possibles, positifs comme négatifs dans chaque cas de figure. Où vous sentez-vous à l’aise ? Prenez-vous réellement autant de risques que vous le pensez ?

Évaluez raisonnablement les films qui se montent dans votre esprit. N’en faites-vous pas un peu trop ? Essayez de voir du noir là où vous ne voyez que du rose, et vice-versa.

Que voulez-vous ? Quel scénario souhaitez-vous inscrire comme votre futur ? Est-il lié à votre tableau ou non ? Le choix se précise ?

 

 

WES Franck Nicolas Glob

 

6. Quel choix vous produirait des regrets ? (arrêtez de vous mentir)

 

Justement, votre tableau et vos scénarios fictifs pourraient bien ne pas aller forcément de pair.

Tentez une approche émotionnelle. Quel cas de figure vous excite le plus ? Quelle option produirait des remords pour ne pas l’avoir suivi ? Face à quel choix, vous dites-vous : « si je ne le fais pas, je rate quelque chose ».

Arrêtez de vous mentir en vous accrochant à de la pure rationalité.

25

7. Qu’est-ce qui vous fait rejeter telle ou telle décision ? (le regard des autres vs vous)

 

Au bout d’un certain moment, on se retrouve souvent attrapé face à deux options, les autres étant aisément balayées.

Réalisez alors ce petit exercice d’écriture. Commencez à écrire « Si je décide de… » alors… Puis listez tout ce qui vous passe par la tête.

– Mes parents penseront que…

– Mon salaire sera…

– Mes enfants auront…

– Je pourrais…

– Je ne pourrais pas…

Regardez ensuite la liste.

Concentrez-vous sur les phrases négatives qui présentent des barrières pour ce choix. Éliminez les commentaires qui s’imposent à vous par le regard des autres. Y a-t-il d’autres raisons valables de ne pas le faire ?

 

8. Prenez votre décision et assumez-la !

 

Après avoir retourné vos options dans tous les sens, vous devez bien sentir ce qui serait bon pour vous. Décidez et ressentez la satisfaction que vous produit ce choix. Si le sentiment n’est pas positif, retournez à vos étapes précédentes, vous ne vous êtes pas bien écouté !

Nous attendons vos retours sur ce procédé de prise de décision. Il n’est pas forcément rapide, mais il vous permet de faire des choix en lien avec vos désirs profonds, et c’est ce qui importe !

Cela vous économisera le temps de remords et de demi-tours qu’un mauvais choix pourrait vous imposer par la suite…

 

VOTRE PANIER