Découvrez la 2ème édition de “Franck Magazine”

Le premier magazine consacré au leadership, à l’entrepreneurship et au développement personnel.

10 clés pour faire preuve de leadership quand on ne maîtrise pas tout


Gérer une équipe quand on n’a pas tous les éléments en connaissance, c’est parfois un défi osé.

Il faut savoir se montrer à l’écoute sans pour autant engager sa responsabilité, afin d’éviter les mauvaises prises de décision.

C’est pourquoi nous vous livrons 10 clés pour faire preuve de leadership, même lorsque vous ne maîtrisez pas tout : c’est parti !

Le leadership est essentiel pour garder le cap quand on ne maitrise pas tout

1 Comprenez votre rôle global

La première des clés, pour être un leader efficace, c’est de comprendre que vous avez un rôle à jouer.

Ce dernier implique notamment que vous ne puissiez pas tout contrôler, ni savoir tout ce qui se passe dans votre équipe.

Votre rôle est d’encadrer, de guider, d’orienter, afin de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Faire preuve de leadership sans pour autant maîtriser, cela semble impossible.

Pourtant, si vous intégrez cette clé comme étant la base de votre travail, vous aurez plus de facilité à l’accepter.

2 Faites confiance

Pour vous aider dans ce travail d’acceptation, vous devez mettre l’accent sur une dimension essentielle de travail avec vos équipes : la confiance mutuelle.

Il s’agit de vous faire confiance pour travailler, faire avancer les projets, mais aussi vous alerter sur les problématiques à venir.

Faire confiance, cela revient à donner une partie de votre responsabilité à vos collaborateurs, il est donc important de bien communiquer sur vos attentes, mais aussi de créer des critères de performance pour vos équipes.

Cela vous aidera à déterminer quand agir ou revenir sur un projet.

Découvrez la chaîne Youtube de Franck Nicolas – cliquez ici

 

3 Déléguez

Cette confiance revient à parler de délégation : que ce soit en termes de travail ou de responsabilités, un leader ne connaît jamais à 100% les tenants et les aboutissants d’un projet, mais ses équipes, si.

Elles travaillent à l’échelle opérationnelle pour faire un rapport aux managers, c’est-à-dire vous.

Cela signifie que lorsque vous déléguez, vous devez également assortir cette délégation d’une grille d’attentes et d’indicateurs de performance, encore une fois.

Cela permet à votre collaborateur de savoir quand vous avez besoin d’être briefé ou non, quels sont les éléments essentiels à votre prise de décision.

4 Posez les bonnes questions

Vos collaborateurs n’auront pas toujours le réflexe de vous donner les bons éléments pour attendre votre décision sur un projet, pour une raison simple : ils sont eux-mêmes en mode « projet », et ne pensent pas aux facteurs que vous devez comprendre pour réussir votre prise de décision.

Par conséquent, n’ayez pas peur de poser des questions, même les plus gênantes : ne ménagez pas vos équipes, d’autant plus si elles ont été prévenues à l’avance de vos attentes.

Soyez toujours clair sur ce que vous souhaitez afin de pouvoir poser les bonnes questions au bon moment.

5 Adaptez vous à votre environnement

Un leader ne sera pas toujours en terrain conquis : vous vous êtes sans doute déjà retrouvé dans une réunion dont vous ne maîtrisiez pas trop le sujet ou au cours de laquelle vous deviez expliquer une avancée peu satisfaisante.

C’est pourquoi vous devez démontrer des qualités d’adaptation à votre environnement : vous n’avez pas besoin de tout savoir pour gérer une réunion ou briefer vos propres supérieurs.

Vous avez besoin d’éléments clés et d’un discours positif.

Mettez-vous en mode attaque si vous devez des comptes, en mode écoute si vous avez une réunion informelle.

C’est aussi simple que cela.

Un leader a une vision même dans l’incertitude

6 Rassemblez les connaissances nécessaires

Malgré tout, connaître l’avancement des projets, ainsi que leurs principaux freins et moteurs, sera essentiel pour assurer votre rôle de leader.

C’est pourquoi vous devez rassembler les connaissances nécessaires de manière régulière, en instaurant par exemple un système de reporting avec vos équipes : une fois par semaine en commun, une fois par semaine en individuel.

C’est une façon de donner un rythme à vos équipes pour qu’elles vous fassent circuler l’information : c’est ensuite à ce moment que vous pourrez identifier ce qu’il vous manque et quelles sont vos prochaines étapes.

7 Communiquez avec vos collaborateurs

Ainsi, la clé pour réussir à être leader, même dans des conditions incertaines, c’est de communiquer avec vos collaborateurs : que ce soit par rapport aux outils utilisés, aux attentes escomptées, aux étapes à franchir par la suite, vous aurez tout intérêt à échanger régulièrement pour être certain d’être sur la même longueur d’onde.

S’il n’est pas nécessaire de tout connaître et tout contrôler, il est en revanche important de communiquer.

8 Restez à l’écoute

Cela peut sembler contradictoire, mais il faut rester à l’écoute de vos équipes, même si vous ne connaissez pas toute l’étendue d’un projet.

Parfois, votre collaborateur aura simplement besoin d’un rappel ou d’une réponse à l’échelle stratégique pour continuer à avancer, sans pour autant tout vous raconter.

Sachez vous montrer flexible et prêt à répondre, en faisant toujours confiance.

9 Modifiez votre stratégie

Faire preuve de leadership, c’est aussi se montrer à la hauteur quand les conditions l’imposent : modifier votre stratégie ou votre approche vous aidera à bien des égards à garder le cap, même sans tout connaître.

Cela doit se faire en concertation avec vos équipes, dans un esprit de confiance mutuelle.

Encore une fois, cela constitue un pilier pour votre leadership.

10 Changez vos habitudes

Un leader qui ne change pas ses habitudes, c’est un leader qui n’est pas capable de délaisser son contrôle des choses.

Les habitudes sont l’expression, à la fois professionnelle et personnelle, d’une routine confortable : aucun leader ne gère des équipes ou des dossiers sans un peu d’inconnu.

Vouloir tout maîtriser pourrait vous amener à prendre de mauvaises décisions, basées uniquement sur votre vision (à fortiori partielle) des choses.

N’ayez pas peur d’aller de l’avant vers l’inconnu en changeant vos habitudes pour optimiser votre réussite, et celle de vos équipes !

En définitive, conduire et gérer une équipe se fait avec quelques gestes et attitudes simples, qui ne nécessitent pas de tout connaître sur le bout des doigts.

Être leader, c’est avant tout une question de confiance en soi, et de confiance mutuelle avec ses équipes !

VOTRE PANIER